Accueil > Francais > Cinéma > « Yves » de Benoît Forgeard

« Yves » de Benoît Forgeard

dimanche 14 juillet 2019, par Sébastien Bourdon

Welcome to the Machine

Dans un monde où il eut été difficile encore récemment d’imaginer l’humanité entière scotchée à son téléphone portable, pourquoi ne pas extrapoler et proposer - non sans un relatif effroi - des liens forts avec un réfrigérateur intelligent ?

C’est le postulat de ce film tout aussi drôle et imaginatif que parfois un peu crispant.

Rappeur lymphatique qui squatte chez sa mamie en grande banlieue, Jerem (William Lebghil) se fait livrer par la pimpante So (Dora Tillier) un frigo qui pense et parle, répondant au prénom d’Yves. Cobaye de ce projet scientifique et industriel, notre musicien à la manque se voit progressivement dépassé par les événements et méthodiquement distancé par ce qui ne devait être rien de plus qu’un appareil électroménager serviable.

Si le film a vocation à être une comédie, son étrangeté cultivée empêche le spectateur d’être hilare tout du long. Il est vrai que décrire des humains débordés par les machines ne prête pas forcément à rire (cf. « Terminator »).

On pourrait éventuellement faire grief au film d’un relatif manichéisme : rap médiocre de banlieue (mais filmé avec tendresse) comme figure de la résistance désabusée et romantique contre loi du marché et abominable cynisme capitaliste de l’entreprise fabricante. Mais la réflexion sur la question de la place des machines et du virtuel dans nos existences est intelligemment posée.

Sébastien Bourdon

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.